Tor des Geants

Endurance Trail 330 km - 24000m D+11-18 September 2016

Stefano Torrione : Tor des Géants

« Une immense boucle suspendue entre terre et ciel »

« Toute la fascination d’une ascension réside dans l’atteinte d’un objectif qu’il soit physique ou visuel.
La satisfaction est d’autant plus grande

Lorsque l’ascension demande des efforts et de la concentration.
Le moto Faire et défaire en permanence semble tout à fait approprié,
atteindre le sommet, descendre la montagne puis remonter à nouveau.
Un mantra que répètent les concurrents du Tor des Géants ».

Les propos de Paola Pignatelli accompagnent le récit photographique de Stefano Torrione relatant un voyage émouvant au cœur des Géants de la Vallée d’Aoste, dans l’ouvrage intitulé « Tor des Géants »
Une histoire circulaire qui suit la compétition étape par étape, entre fatigue et détermination des athlètes, racontant les ombres et lumières d’une compétition unique.
C’est un peu comme être sur le Col Lauson, à 3 296 m d’altitude, le point culminant du Tor des Géants. Ou se pencher sur cette fenêtre du Col Malatrà aux côtés de Marco Gazzola pour apercevoir l’infini.
En portant votre regard toujours plus haut. Plus haut que vos bras élevés, plus haut que l’impensable.
Émotions et larmes. Fatigue et blessures.
Puis arrive le spectacle de la nuit.

Interrogé sur les sensations qu’il ressent lorsqu’il court au milieu des montagnes dans l’obscurité la plus totale, Jules Henry Gabioud, jeune suisse vainqueur de l’édition de 2011 répond ceci : « Je ne me suis jamais retrouvé seul de nuit lors du Tor des Géants. Car les yeux brillants des chamois me tenaient compagnie ». Là-haut, l’obscurité est différente. Lorsque le soleil disparaît derrière la dernière crête, les ombres s’allongent immédiatement. La lumière laisse place à l’obscurité et l’œil doit s’y habituer. Au début, on ressent quelques frissons : se déplacer sur un chemin en haute montagne ayant pour seul guide une lampe torche à led, après une longue journée de marche... on perd tout orientation. On se sent tout petit et seul face à l’immensité de la nature. Mais ensuite, comme par enchantement, la nuit commence à s’enrichir de sons. Le ciel devient étoilé, et la lune, première actrice apparaît tel un écran de lumière transperçant l’obscurité. C’est à ce moment là que débute le spectacle. Et l’inquiétude laisse place à une sérénité indescriptible ».


Stefano Torrione photographe valdôtain, auteur de livres et auteur-collaborateur de plusieurs revues pour lesquelles il a voyagé dans de nombreux pays du monde. Il suit le Tor des Géants depuis sa création, toujours impressionné de découvrir à chaque fois une vallée d’Aoste inédite.


« Tor des Géants. Vallée d’Aoste »
Un récit photographique de Stefano Torrione.
Textes : Paola Pignatelli. Illustrations : Monica Parussolo.
Sime Books, 2012

Acheter en ligne