Tor des Geants®

Endurance Trail 330 km - 24000m D+ 8-15 September 2019

Tor des Geants

10th Anniversary edition

330 km - 24000m D+

8-15 September 2019

Le Tor des Géants® raconté par l'écrivain Simone Sarasso | DAY 4

Thu, 13/09/2018 - 10:43 -- Chiara Jaccod

Le Tor appartient aux rêveurs

Gaudenzio me regarde et dit: "J'ai la chair de poule ... Je n'ai jamais rien vu de tel, il semble d’être dans les tranchées, ce sont des combattants, des combattants blessés qui sortent de la bataille”.
C'est la première fois que Gaudenzio entre dans la base vie de Gressoney. Lui et son Nikon ne font que tirer.
"Ce sont des héros", je lui dit. "Des héros qui aujourd'hui ont ramené la peau chez eux ..."
Quatrième nuit; nombre total d'heures de sommeil: oubliez ça ...
Nous sommes au centre exact de la course.
Au centre exact de la vie.
Je ne parle pas de kilomètres.
Mais des émotions.
De chair et de sang. Et les cœurs qui battent à l'unisson.
Je suis à la maison maintenant.
Gressoney est ma maison pour de nombreuses raisons: dans ces régions, j'ai passé des dizaines d’été. C'était la bonne retraite de ma famille, quand mon père était encore dans le monde.
Il est parti trop tôt, il y a vingt et un ans. Il l'aurait aimé, le TOR.
Ça aurait été assez fou d'essayer, je parie.
Mon père était un rêveur. Et il n'a jamais dormi. Combinaison parfaite pour le TOR.
Son esprit, en quelque sorte, plane ici, ce soir.
Au milieu de l'odeur du caoutchouc brûlé et du camphre, du bain moussant, de soupe et des pieds.
C'est l'odeur du TOR.
L'essence même de cette magie, de cette folie.
L'autre raison pour laquelle je me sens chez moi à Gressoney, c'est qu'ici, tout comme Gau ce soir, il y a un an, j'ai été submergé par la magnificence du courage de ces héros avec le dossard.
De ces guerriers de rêve.
Aujourd'hui, dans ce temple de la souffrance et de la gloire, deux sorts sont survenus.
Juste sous mes yeux.
La première concerne Andrea. Et un paquet de cigarettes que j'ai trouvé sur un chemin, dimanche matin. C'était à moitié plein. Je ne fume pas (plus), mais j'en ai sucé deux, des blondes.
Je ne les ai pas aimés.
Je pense que je ne les aime plus.
Jusqu'à récemment, je le savais, pourquoi. Puis Mien m'a appelé pour me demander de sortir, car là, sur la place devant la base vie, il y avait une histoire à raconter.
Quand je suis sorti, il y avait Andrea, un guerrier en bâtons et un front déjà croisé plusieurs fois le long de la route.
Andrea fumait.
"Il m'a demandé une cigarette," me dit Mien, "et je lui dis:" Je ne fume pas, je suis désolé. " Alors, boum, je me suis souvenu des cigarettes que nous avions trouvées et laissées dans la camionnette ... effrayée! "
"Ils n'étaient pas les nôtres" je fais à Mien. "Nous les avons trouvés, mais c’était les cigarettes d’Andrea."
Andrea sourit quand je dis ça.
Il peut la reconnaître, une magie, quand il la voit.
Le deuxième moment de cette soirée concerne mon ami Benny.
Elle a été toute la journée aah fil des barrières.
Elle est arrivée très tard à la Gruba et quelques amis l'ont accueillie et l'ont protégée, au cas où elle aurait envie de prendre sa retraite.
Benny, cependant, a quitté le Gruba avec un sourire sur les lèvres.
Et il y a quelques minutes, elle est arrivée à Gressoney.
Vingt minutes après la limite de temps.
Mais avec le même sourire merveilleux sur ses lèvres.
Benny a tout donné.
Son voyage se termine ici, mais elle n'a rien à se reprocher.
Et elle le sait.
Benny est magique et ce soir elle brille.
Ensemble avec tous les autres héros, ici dans les tranchées.
Ne pas abandonner, guerriers du rêve.
Parce qu'il y a encore à se battre là-bas, à souffrir. Imaginer
Nous serons avec vous jusqu'au dernier mètre.
C'est une promesse.
Ne pas abandoner, guerriers.
Continuez à rêver.