Tor des Geants®

Endurance Trail 330 km - 24000m D+ 8-15 September 2019

Tor des Geants

10th Anniversary edition

330 km - 24000m D+

6-15 September 2019

Webcam Courmayeur
Webcam Rifugio Bertone
Webcam Saint-Rhémy-en-Bosses
Webcam rifugio Coda

Le charme d’une communauté hétérogène de voyage

Fri, 26/08/2016 - 12:18 -- Chiara Jaccod

Angelo Raffino est un jeune journaliste-bourlingueur du Piémont. L’année dernière, il a suivi le Tor depuis le bord de la route pour Radio Capital. Cette année, il a décidé de parler à nouveau du Tor, toujours pour la même grande chaîne de radio nationale, mais de l’intérieur. C’est-à-dire en participant à la course. Une « décision » qui a énormément changé sa vie quotidienne, pendant dix longs mois. Il nous raconte comment.

« On dit que le Tor est un voyage spirituel et physique, un ensemble d’émotions qui vous marque à l’intérieur, quelque part en vous, un peu dans le cœur, un peu dans la tête. Avec éventuellement quelques bleus en prime, et, presque certainement, quelques cloques, au meilleur des cas.

On raconte, et j’ai entendu, beaucoup de choses sur le Tor.

J’ai vécu une bonne partie de ce que l’on raconte de façon détournée, en le suivant en tant que journaliste. J’ai entendu d’autres histoires de la bouche d’amis et de connaissances qui s’y sont frottés : des personnes différentes dans la vie de tous les jours, mais partageant la même lumière qui brillent dans leurs yeux. Une petite flamme qui se déclenche au mot « Tor » et qui laisse la place à un flot d’anecdotes et de conseils.

Les journalistes recueillent des informations, valident les sources, approfondissent les nouvelles, rapportent les faits. Et dans certains cas, là où c’est possible, ils s’exposent et vivent les événements de l’intérieur. 

11 septembre. 

Courmayeur approche. 

C’est le point de départ. Mais les veilles de départ sont toujours des journées interminables. Dans mon cas, j’ai mis dix mois avant de participer à cette grande aventure, en me préparant pour d’autres éventualités.

J’ai pris sur la semaine et les week-ends, sur l’affection de mes amis et de ma famille, sur mes loisirs et sur la simple paresse. J’ai consacré des heures et des heures pour me respecter moi-même, honorer un engagement, un objectif espéré. Le respect de ceux qui seront là, comme moi, dans un jour, avec leur sac à dos et leur banane jaune à déambuler d’un point à l’autre de la Vallée d’Aoste. 

Ce qui me fascine et me passionne, aujourd’hui, est en fait l’idée d’une communauté itinérante, réunie autour de l’idée d’une destination où elle arrivera peut-être. Autour d’un trajet à effectuer, de l’effort effectué et de la sueur versée à l’avance, par dévouement. L’effort de ceux qui sont allés courir à l’aube, avant une journée de travail, de ceux qui ont trouvé la force de le faire dans la soirée. De tous ceux qui ont accumulé dangereusement les engagements, ceux qui ont pris leurs repas debout, ceux qui ont, au moins une fois, eu affaire à un physiothérapeute, une tendinite, une callosité, une foulure. Mais aussi ceux qui ont cherché le confort inutile de sauter une séance d’entraînement en raison de la pluie, ceux qui ont usé leurs semelles, foulé le terrain en montée, vidé des gourdes d’eau, tutoyer les heures en apprenant à les modeler et à les dilater dans leur tête, au service des jambes et de la résistance mentale.

À la veille du Tor, je vis cet immense sentiment de respect pour moi-même, pour ce que j’ai fait et pour ce que vous avez fait. Chacun d’entre vous. Que ce soit peu ou beaucoup. Cela n’aura jamais été inutile, tout simplement parce que la seule façon de gérer l’imprévisible - c’est ça le Tor - est de se libérer des remords. 

C’est ce que j’ai appris ces derniers mois, en franchissant la barrière qui sépare le récit d’un événement vécu par d’autres du récit d’un événement vécu de l’intérieur. 

L’attente a déjà porté ses fruits ».