Tor des Geants®

Endurance Trail 330 km - 24000m D+ 8-15 September 2019

Tor des Geants

10th Anniversary edition

330 km - 24000m D+

6-15 September 2019

Il Tor Des Géants raccontato dallo scrittore Simone Sarasso | DAY 7

Sat, 15/09/2018 - 20:00 -- motta.erica
Mon image du TOR2018?
Que vais-je porter dans mon coeur pour toujours?
Franco Collè et Federica Boifava chantant "Montagne Verdi" de Marcella Bella, brandissant les micros de karaoké comme trophées à montrer au monde entier.
Je suis là à les regarder - sans cesser même pour un moment d'applaudir - et je pense: "Ce qu'était la Fede intonata n'est pas une nouveauté, elle est graduée au conservatoire, mais Franco ... Jésus est un véritable prodige!".
L'atmosphère est plus que détendue, ce soir.
Il semble être dans la famille.
Les spritz sont beaucoup et la nourriture excellente. Mais c'est la compagnie qui fait une réelle différence: il y a finisheurs illustres du TOR et du TOT DRET, il y a Stefano Jeantet, le grand photographe. Il y a le speaker Ivan Parasacco en grande forme.
Le restaurant a une belle ambiance, mais très informel.
On parle de doigts froids et des millions d'étapes. D'héroïsme. De la poésie.
Et on rit.
On rit de mourir.
Surtout quand je raconte une histoire d'aujourd'hui:  je voulais courir, et je vais au refuge Bonatti avec l'idée d'arriver au refuge Bertone. Malheureusement, cependant, je rencontre les "scope" qui ont accompagné les dernièrs coureurs, je fausse route et j'ai tiré une colline et des descentes interminables.
Il est tout rire, parce qu'à la fin, je suis un citoyen, et dans les montagnes j'y sais pas aller. Mais je les aime ces pierres si follement, que je ne voudrais jamais laisser la Vallée d'Aoste .
J'étais là ce soir, lorsque le dernier concurrent a franchi la ligne d'arrivée sous les yeux humides d'un public ému et fier.
Le héros qui a terminé en dernière place la competition est un policier et il vient de Chiavari. Lorsqu'on lui a demandé de raconter son aventure au micro avec un mot précieux, submergé par son cœur débordant de joie exclamé: « Le TOR est émotion pure. Il y a tant d'émotions que à la fin on ne comprend plus rien».
Des minutes d'applaudissements tonitruants suivent.
Et rire.
Et un sentiment généralisé de fierté et de bien-être.
Avoir fait partie de cette merveille également cette année est un honneur et un privilège.
Je suis là, exactement au centre de ce cœur d'enchantement et j'ai hâte  d'être de nouveau excité demain, lorsque les 534 seront appelés sur scène pour recevoir sa récompense. Et partager la gloire.
En même temps, j'aimerais que cette nuit ne finisse jamais.
Car c'est la dernière et la bière rouge du Caffé delle Guide sent bon.
Federica me parle de son voyage avec Leonardo: les chevilles et les tendons enflés, mais le sourire sincère habituel au déjeuner et au dîner.
Le TOR fait des frères. C'est une famille toujours plus grande chaque année et qui dégage une chaleur particulière.
Spatial.
Nous disons au revoir qu'il est vraiment tard et Federica me dit à l'oreille: "Tu sais qu'il va me manquer?"
"Quoi?" Je lui demande en la taquinant: "Dormir deux heures par nuit si tout va bien? Le froid dans les os, la fatigue sans fin?"
"Tout ça, oui," dit-elle, ses yeux crépitant de sommeil et pleins de nostalgie.
"Je sais" je réponds avec une boule dans la gorge.
"Il me manque aussi." "Vous me manquez tous."
Ils m'ont di que le TOR est différent chaque année et ils avaient raison a vendre.
Chaque année unique.
C'est la fin de la route. Au moins pour cette année.
Bonne nuit, TOR.
Bonne nuit, héros.
Demain je vous embrasse tous.
Demain matin, je vous applaudisse un par un.
Parce que vous êtes des Géants.
Et vos coeurs sont sans limite.